Les Actus Péchavy Energie

Infos marché du 15/06/2015

15 Juin 2015

Singapour : Les cours du pétrole s'affichent en repli ce matin en Asie dans un marché préoccupé par la perspective d'un retour du pétrole iranien et d'un défaut de paiement de la Grèce.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraiso...

Singapour : Les cours du pétrole s'affichent en repli ce matin en Asie dans un marché préoccupé par la perspective d'un retour du pétrole iranien et d'un défaut de paiement de la Grèce.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet perdait 20 cents, à 59,76 dollars. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance reculait de 37 cents, à 63,50 dollars. Le marché observe avec attention la crise de la dette grecque et les négociations en cours entre l'Iran et les six puissances, notait Sanjeev Gupta, responsable des hydrocarbures pour l'Asie-Pacifique au cabinet de conseil EY.

Les discussions entre la Grèce et ses créanciers, UE et FMI, se sont soldées par un nouvel échec dimanche sur la poursuite du financement du pays, qui se rapproche inexorablement d'un défaut de paiement. Les consultations se sont conclues au bout de 45 minutes seulement, sans l'ombre d'un accord, en raison de divergences importantes qui subsistent entre les deux parties. La Grèce doit rembourser le 30 juin 1,6 milliard d'euros de prêts du FMI, et risque fort de ne pouvoir honorer cette échéance sans le versement de 7,2 milliards d'euros, suspendu depuis l'été dernier et lié à un accord avec les créanciers sur une série de réformes. Les Européens se refusent à envisager un allègement de la dette grecque, réclamé par Athènes, et se concentrent uniquement dans l'immédiat sur les réformes censées ramener le pays sur les rails. Les rencontres reprendront jeudi dans le cadre de l'Eurogroupe, le cénacle des ministres des Finances de la zone euro, en présence de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.
Conséquence de cet échec: un regain d'appétit des investisseurs pour le dollar au détriment de l'euro, ce qui entraîne mécaniquement un renchérissement du billet vert. Or un dollar cher rend moins attractifs les achats d'or noir libellés dans cette monnaie.

Le marché scrute également les négociations entre Téhéran et les pays du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, Royaume-Uni, France et l'Allemagne), actuellement réunis à Vienne pour tenter de faire progresser les négociations sur le nucléaire iranien. L'objectif est d'aboutir d'ici au 30 juin à un accord final sur le programme nucléaire de Téhéran, qui doit garantir le caractère strictement pacifique de ce programme, en échange d'une levée complète des sanctions internationales pesant sur l'Iran. Si ces négociations aboutissent et que les sanctions internationales contre l'Iran étaient levées, le pays pourrait produire un million de barils de pétrole par jour supplémentaires dans les six à sept mois qui suivent.
Un afflux de brut qui contribuerait à gonfler davantage la production mondiale déjà excédentaire. En particulier aux Etats-Unis, nous avons toujours 80 millions de barils de brut dont nous ne savons que faire, a-t-il dit, alors même que les stocks ont reculé bien plus que prévu la semaine dernière, ce qui avait permis aux cours de remonter en milieu de semaine.


Vendredi, le prix du baril de light sweet crude était repassé en fin de séance sous le seuil des 60 dollars, 59,96 dollars, perdant 81 cents sur le New York Mercantile Exchange (Nymex). A Londres, le Brent avait fini à 63,87 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), en baisse de 1,24 dollar.



 

Info marchés

03 Juin 2015

Les cours du pétrole baissaient mercredi en Asie, des craintes se faisant jour quant à un relèvement du quota de production de l'Opep qui accentuerait le déséquilibre entre l'offre et la demande mondiales de brut.

 

E...

Les cours du pétrole baissaient mercredi en Asie, des craintes se faisant jour quant à un relèvement du quota de production de l'Opep qui accentuerait le déséquilibre entre l'offre et la demande mondiales de brut.

 

Evolution  en €/m3  

  FOD

  GO

 LIEUX

 Zone Nord

 +1.7  +1.7  SES-WAGRAM-RIEDISHEIM- VN-EPM

 Zone Ouest

 +1.9  +1.6  BASSENS

 Zone Sud

 -2.0  +1.4  TOULOUSE

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet perdait 35 cents, à 60,91 dollars, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance cédant 27 cents, à 65,22 dollars.

Les cours avaient bondi mardi sous l'effet d'une baisse du dollar qui rend plus attractif les achats de pétrole libellés dans cette monnaie. Les fondamentaux, eux, n'ont pas changé et le marché reste extrêmement prudent s'agissant de l'orientation des prix. Le département américain de l'Energie devait publier ce mercredi les derniers états hebdomadaires des réserves d'or noir aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 29 mai. Selon Bloomberg News, les stocks américains devraient avoir diminué de 2,5 millions de barils après une baisse de 2,8 millions la semaine précédente. Ces réserves n'en demeurent pas moins à des niveaux très élevés et la production américaine de brut est un motif d'inquiétude pour le marché alors qu'elle s'est encore appréciée de 304.000 barils par jour, à 9,57 millions, la semaine dernière, relève Daniel Ang chez Phillip Futures.

L'autre grande dominante de la semaine sera la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), vendredi à Vienne.La majorité des observateurs s'attend à ce que le cartel conserve sa stratégie actuelle d'offre abondante, afin de protéger ses parts de marchés. En s'abstenant à l'automne dernier d'abaisser son plafond de production, l'Opep a contribué à la chute des cours, qui ont perdu plus de la moitié de leur valeur entre juin 2014 et janvier 2015, avant de rebondir un peu au printemps.

Si le consensus anticipe un statu quo, des analystes de Barclays n'excluent pas une hausse de la production du cartel, dominé par l'Arabie saoudite. L'Opep, qui pompe 40% du brut mondial, a extrait 31,58 millions de barils par jour en mai, dépassant son plafond de 30 millions pour le 12ème mois consécutif, selon des données collectées par Bloomberg News.